Maxime Gauin s’agenouille devant le Mausolée d’Atatürk

Un hommage appuyé d’un grand serviteur français de l’Etat turc à son père fondateur

Maxime Gauin en délégation à Anitkabir avec les hauts dignitaires de l’Etat négationniste

Chers amis, je reçois chaque jour de nombreux courriers me demandant des nouvelles des extrémistes turcs, de leurs faits et agissements et des sales coups qu’ils ourdissent dans les recoins les plus ténébreux du web. Et en particulièrement du plus célèbre d’entre eux, le notoire Maxime Gauin.

Hélas, je n’ai que trop peu de temps à consacrer à ces fredaines, tout pris que je suis désormais entre mes recherches en sociologie et les cours que je donne à la fac (Maître de conférence de première classe dorénavant !).

Mais là quand même, le beau Maxime nous a gratifiés d’un évènement qu’on ne peut pas ne pas mentionner. Figurez-vous que ce début octobre, il était invité es qualité au 18ème congrès de la société d’histoire turque (Türk Tarik Kurumu). Attention, pour ceux qui ignorent tout de cette société, il faut préciser qu’elle n’a rien à voir avec nos respectables sociétés savantes européennes mais qu’elle représente plutôt un organe de propagande essentiellement dédié à la gloire éternelle d’Atatürk. Les connaisseurs l’appellent d’ailleurs la société d’ataturcologie. Quant à Maxime Gauin, n’exagérons pas non plus son importance : il est certes prévu au programme des conférenciers mais à la place qui lui sied le mieux, la dernière. Ce qui est d’ailleurs assez fun, c’est qu’après une tripotée de professeurs et de docteurs, le programme de la conférence indiquait « Maxime Gauin » en s’abstenant charitablement de mentionner un titre qu’il n’a pas. Il est vrai qu’indiquer « négationniste » n’aurait pas été vraiment distinctif tant l’assemblée en était un véritable repère et particulièrement dans la session où il intervenait, celle des « relations arméno-turques », véritable abcès de fixation de cette « société ». A ce sujet de l’absence de titre, rappelons que Maxime Gauin a mis cinq ans à obtenir sa maîtrise après sa licence (il en faut normalement deux !) et que nous sommes dans l’attente désormais désespérée de sa thèse depuis ….. huit ans (la maîtrise date de 2010) ! La loose intégrale quoi surtout quand on sait qu’un diplôme turc ne vaut pas grand-chose.

Bon ! J’ai bien cherché mais je n’ai pas trouvé le beau Max sur les traditionnelles photos de conférence. En a-t-il été jugé indigne ? Etait-il parti avant l’heure ? Continuait-il de pleurer dans un coin en marmottant des paroles indistinctes comme il l’avait fait à Lyon ? On s’y perd en conjectures… Enfin Max pense lui, qu’il a eu la classe. D’ailleurs, il l’a écrit sur Facebook.

Maxime-la-Classe

Maxime-la-classe (comme Aldo !)

« Quand la conférence commence avec une heure et quarante-cinq minutes de retard […], qu’on est le dernier à parler ce jour-là, qu’on a quinze minutes et une longue communication à résumer, mais qu’au final on parle quinze minutes et sept seconde [Attention Maxime, Bescherelle ta mère], chronomètre en main, et qu’on est apprécié par les autres spécialistes [sic !] qui ont parlé avant vous, eh bien, sans fausse modestie, on se dit qu’on a une certaine classe ».

Et j’irais même plus loin : non seulement la classe mais même une certaine abnégation. Parce que dans cette assemblée essentiellement constituée de turcophones intégraux, parler en anglais en ayant l’assurance de ne pas être compris de l’immense majorité des participants, c’est carrément un acte de foi. Eh oui, chers amis, comme le souligne le titre en anglais de sa contribution, depuis 8 ans que Maxime Gauin bouffe du turc et vit en Turquie, il n’est toujours pas capable de donner une conférence en turc, ce qui souligne tout le sérieux de ses « recherches » : ne lisant donc ni le turc moderne, ni l’osmanli, ni l’arménien, on suppose que ses travaux les plus pénétrants se limitent à subsumer ses laborieuses assimilations de Stanford Shaw, de Justin MacCarthy et du Chasseur français.

Dans le Saint des Saints. Maxime Gauin au coeur de l’Etat négationniste

Mais trêve de sarcasmes, Maxime est au-dessus de tout ça et il a été bien récompensé de sa fidélité aux principes de la République négationniste. Désormais repéré par société d’histoire turque comme l’un des jeunes espoirs de la haine, il a eu l’insigne honneur d’une visite en délégation restreinte à Anitkabir, le mausolée d’Atatürk. Et attention, pas n’importe quelle délégation, non !  Une délégation présidée par le considérable Ilber Oktayli et reçue par Refik Turan en personne, le président de la société d’histoire turque en personne !

On repère difficilement le crâne passablement dégarni de notre négationniste préféré à l’arrière-train de la délégation mais – Machallah ! – il a lui-même posté une superbe photo où on peut le voir en pleine action, s’apprêtant à baiser la main de Refik Turan.

Maxime Gauin en délégation à Anitkabir – un privilège réservé aux fidèles parmi les fidèles – s’apprête à baiser la main de Refik Turan

Les magnifiques atours des tenues de gala du beau Max

De quoi susciter l’admiration des baltringues. A la sollicitation de Fatih Gündüz, un amoureux transi – « La classe. J’espère un jour vivre ça moi aussi, être un être très cultivé, très intelligent et entouré de personnes comme ça en costard. En plus Ilber Ortayli, je vais mourir de jalousie je pense » – Maxime Gauin se sent pousser des ailes comme le corbeau de la fable et – tout gonflé de fatuité – répond avec suffisance :

« Ma communication au congrès de la TTK a été très apprécié par les autres charlatans spécialistes, notamment Nejla Günay et Haili Özsavli. Et sinon, sur cette photographie, je porte un complet Cacharel, une cravate Segni et Disegni ainsi qu’une paire de chaussures Flecs. Ce type de tenue s’imposait pour un tel évènement »

Un beau costard et des gens “intelligents” (sic).

Et oui, à défaut d’intelligence et de contenu, Maxime Gauin mise tout sur le costume. « C’était difficilement visible mais les motifs de ma cravate étaient assortis aux boutons de manchette » croit-il ainsi de préciser. C’est sûr que ça a dû impressionner les foules et tout particulièrement Atatürk dont on connaît l’appétence pour les éphèbes bien sapés (bon, plus trop éphèbe le Maxime mais ça fera bien l’affaire de la dépouille du Gazi).

Comme l’habit fait le moine, le costard fait le négationniste. Bon !  Je ne sais pas s’il faut lui dire, à Maxime, que le complet c’est top ringard mais je crois que cela le vexerait. Enfin, ces aimables péripéties nous permettent de nous souvenir que Maxime Gauin drague aussi du côté de l’Azerbaïdjan et de son dictateur Ilham Aliev. Sans doute a-t-il un faible pour la moustache frémissante des dictateurs. Et là encore, il nous rappelle : « Et pour les cent ans de l’Azerbaïdjan, c’était la chemise qui était de la même couleur que les motifs de la cravate ; les boutons de manchette étaient, eux, gris comme le costume ».

Les boutons de manchette de l’Azerbaïdjan. Et demain le sceptre d’Ottokar ?

Ah ces petits travaux d’orfèvre qui font toute la différence aux soirées de l’ambassadeur et de ses Ferrero Roche d’or. C’est à ces menus détails que l’on reconnaît le grand professionnel…

Maxime Gauin proche d’Ilber Oktayli et celui-ci intime d’Erdogan. Tout est dit.

Mais au fait, les tribulations ankaresque de Maxime Gauin m’ont fait évoquer la figure d’Ilber Oktayli. Qui est Ilber Oktayli ? Eh bien c’est ni plus ni moins que le conseiller direct d’Erdogan au sein du Ministère de la culture. Autrement dit, par ses connaissances, Maxime est à deux doigts de conseiller directement le Gazi en matière de « soi-disant génocide arménien » et de relations turco-arméniennes. Après tout ça – une génuflexion à Anitkabir et une grande proximité avec Oktayli,  si Maixme Gauin s’offusque qu’on puisse le considérer comme un négationniste et un suppôt de l’Etat turc, c’est sans doute uniquement par modestie…

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s