Le Conseil d’Etat anéantit les prétentions de Maxime Gauin

Ah les amis ! Maxime Gauin s’est encore fait banané. C’est vraiment le multirécidiviste de la prise de râteau. Et comme à chaque fois, notre énergumène se garde bien de faire état de ses déboires. Silence radio ….

Bon allez, résumé des opérations : l’autre jour, en parcourant le site Armenews, j’apprends incidemment que le Conseil d’Etat – rien de moins – vient de débouter sèchement une mystérieuse « association pour la neutralité de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires (anehtps) » qui entendait faire supprimer l’enseignement du génocide arménien des programmes scolaires français.

Les termes de l’arrêt du Conseil d’Etat sont particulièrement clairs puisqu’ils indiquent qu’il n’y a « pas lieu de statuer sur les conclusions de la requête n° 392400 de l’association pour la neutralité de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires dirigées contre l’arrêté du 15 juillet 2008 fixant le programme d’enseignement d’histoire-géographie-éducation civique pour les classes de sixième, de cinquième, de quatrième et de troisième du collège » et que toutes les demandes de ladite association sont rejetées.

Mieux ! dans ses considérants, le Conseil d’Etat précise « qu’il ne ressort pas des pièces du dossier, et n’est d’ailleurs pas sérieusement soutenu, que le choix d’inscrire, dans le programme d’histoire en classe de troisième, l’enseignement des faits et événements s’étant déroulés en 1915 au sein de l’empire ottoman serait entaché d’erreur manifeste d’appréciation ».

Il indique également que « le recours aux termes ” le génocide des Arméniens en 1915 ” pour désigner ces faits et événements n’a pas pour effet de juger leurs auteurs coupables des faits prévus et réprimés par l’article 211-1 du code pénal ; que, par suite, l’association requérante n’est pas fondée à soutenir qu’il entache, pour ce motif, l’arrêté litigieux d’incompétence » ;

L’arrêt indique enfin et surtout « que, d’une part, la seule utilisation de ces termes [génocide arménien], dont il ressort des pièces du dossier qu’ils se bornent à reprendre une formulation courante, notamment de la part d’historiens, et d’ailleurs reprise par la loi n° 2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien, n’est pas, par elle-même, de nature à porter atteinte à ces principes ; que, d’autre part, l’objet même du programme d’histoire, tel que le fixe l’arrêté litigieux, est de faire enseigner aux élèves l’état des savoirs tel qu’il résulte de la recherche historique, laquelle repose sur une démarche critique, fondée sur la liberté de soumettre à débat toute connaissance . »

Bref, la grande déroute. Si j’étais responsable de la fameuse anehtps, je me plaindrais amèrement de celui ou de ceux qui m’ont conseillé de me lancer dans cette aventure inepte.

Mais au fait, qui se cache derrière cette association. Eh bien, si on en croit le Journal Officiel, l’inepte… euh non l’anehtps … a été créé le 12 mai 2015 avec pour objet de « promouvoir et défendre la neutralité de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires ; proposer une analyse critique des programmes pédagogiques et des méthodes d’enseignement relatifs à l’histoire turque ; veiller, par tout moyen, y compris juridictionnel, au respect de la neutralité et de l’objectivité, dans les programmes scolaires, de l’enseignement de l’histoire turque en général et des relations turco-arméniennes du début du XXe siècle en particulier ; lutter contre les discriminations dont peuvent faire l’objet les élèves français d’origine turque du fait de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires ; proposer, sous réserve d’agrément, pendant le temps scolaire, ou en dehors, des interventions en appui aux activités d’enseignement conduites par les établissements ; contribuer, par l’adoption de différentes motions, au développement de la recherche pédagogique relative à l’enseignement de l’histoire turque. »

Un objet curieusement modifié le 13 octobre 2015 pour devenir « promouvoir et défendre la neutralité de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires ; proposer une analyse critique des programmes pédagogiques et des méthodes d’enseignement relatifs à l’histoire turque ; veiller, par tout moyen, y compris juridictionnel, au respect de la neutralité et de l’objectivité, dans les programmes scolaires, de l’enseignement de l’histoire turque en général et des relations turco-arméniennes du début du XXème siècle en particulier ; lutter contre les discriminations dont peuvent faire l’objet les élèves français d’origine turque du fait de l’enseignement de l’histoire turque dans les programmes scolaires ; proposer, sous réserve d’agrément, pendant le temps scolaire, ou en dehors, des interventions en appui aux activités d’enseignement conduites par les établissements ; attirer par tout moyen, y compris juridictionnel, l’attention des pouvoirs publics sur la distinction entre loi mémorielle et loi pénale sanctionnant la négation de décisions de justice ayant autorité de chose jugée. »

Le négationniste (parodie). Maxime Gauin un jour en couv’ du Point ?

Oh ! Mais ça, ça sent le Maxime Gauin et ses prétentions de juristes (parce que non seulement il se croit historiens mais également juriste. Et si on le sollicite gentiment, il fait aussi chance, travail, retour de l’être aimé, gynécologie, plomberie, etc…).

Alors j’ai voulu en avoir le cœur et ai cherché qui se cachait au 77, rue la Fayette, 75009 Paris, siège déclaré de l’anehtps. Et là je tombe sur …. Le centre culturel Anatolie dirigé par un autre marabout, le médecin Demir Önger, déjà pointé en 2012 par le vrai-faux rapport de la DCRI (finalement on ne sait plus trop) et qualifié de « vitrine présentable » de la manifestation négationniste par Le Point. De là à penser que l’anehtps n’est que le faux-nez d’Önger, il n’y a qu’un pas.

D’ailleurs il n’est besoin que de lire les propos du « très laïc et kémaliste » Önger (entendez du fasciste ultranationaliste) récemment rapporté par Ariane Bonzon à propos de l’ambassadeur turc, ex du MIT et négationniste notoire : «Il n’a pas d’hypertrophie du moi. C’est un homme raisonnable et honnête, qui sait écouter. Sa tâche n’est pas facile face à tous les lobbys arménien, kurde, grec et maintenant du Fetö qui existent en France»

Certes, mais quel rapport avec Maxime Gauin ? Eh bien il se trouve que Maxime Gauin ne tarit pas d’éloges sur Demir Önger. Et moi je pense même qu’il le conseille mal à propos, outrepassant largement son rôle de factotum de l’AVIM : le Conseil constitutionnel ? Merci l’anehtps et son usage de « la porte étroite » sur les bons conseils de … Pierre Nora, ami putatif d’Önger. Et selon Maxime Gauin, la « structure est déjà constituée ». Il suffit de s’adresser au…. Centre culturel Anatolie !

Bon allez stop ! On a compris. Demir Önger dirige l’anehtps et cette officine d’Ankara a été créée via et sur les bon conseils de Maxime Gauin. Un scoop qui n’en est d’ailleurs pas un puisque la fameuse Radio-MIT (coïncidence, également pointée par le rapport de la DCRI) avait consacré une émission à Önger président de l’anehtps avec… Maxime Gauin !

Donc D. Önger président de l’inepte et Maxime Gauin ont été interviewé ensemble par Radio-Mit…. no comment !

C’est donc Demir önger qui vient de se faire sèchement renvoyé dans ses cordes par le Conseil d’Etat et Maxime Gauin indirectement.  Eh Maxime… c’est toujours le silence radio ?

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s