Yves Bénard : Et si on lui avait menti ?

Yves Bénard, le papi gonzo du négationnisme

Je me suis souvent épanché ici même sur le personnage pathétique de Maxime Gauin. Mais il faut savoir que – pour certains – Maxime Gauin représente un modèle quasiment inaccessible, un demi-dieu, la cuisse de Jupiter ou le gros orteil de Macron. Car l’individu a de réelles connaissances historiques qu’il met au service de sa haine raciale afin de nous offrir une version frelatée de l’Histoire, sur le Génocide arménien comme sur d’autres sujets.

Parlons donc maintenant d’un de ses épigones et même– oserais-je le néologisme – un de ses hipogones tant le niveau est bas. Maxime Gauin est largement plus méchant que bête. Avec Yves Bénard, c’est le contraire. S’étant entiché de la Turquie, ce brave papi tout pétri d’ignorance a cru bon de faire corps et âme avec les diverses politiques de haine de ce pays : anti-arménien, anti-kurde, anti-gülen. Bref, un bon petit soldat du nationalisme turc, et tout ça gratuitement contrairement à Gauin qui se fait payer en espèces sonnantes et trébuchantes et en faveurs diverses.

Le gonzo du négationnisme

Yves Bénard donc – qui est à Maxime Gauin ce que le gonzo est au porno – a commis deux petits livres à compte d’auteur, car bien évidemment, pas un éditeur ne prendrait le risque de lire une telle daube : « Divergences turco-arméniennes ! » (Pourquoi un point d’exclamation, on se le demande) et « Génocide arménien : et si on nous avait menti ». Ça, pour sûr, on lui a menti à papi Bénard mais sans doute moins les Arméniens que ses amis anatoliens à peu près aussi ignares que lui (car Bénard joue pour le coup dans les bas-fonds du négationnisme en a encore moins que Gauin accès aux officiels turcs).

La teneur négationniste des bouquins ne fait aucun doute et ces opuscules ont suscité des critiques de la part même de turcophiles tels qu’Aurélien Denizeau que Bénard a immédiatement catalogué comme … turcophobe ! Le pauvre Aurélien n’en revient toujours pas. Même Gauin, d’habitude prompt à faire feu de tout bois s’est sobrement contenter d’indiquer que c’était lui qui avait dû  apprendre à Bénard « qui est Justin McCarthy après la parution de la première édition de son premier ouvrage ». Ça montre le niveau de « l’historien ».

Pour vous situer le personnage (pas Gauin, l’autre…), je vous livre un post Facebook où il vitupère Cem Özdemir au cri de « HONTE ET DEGOUT A CE TRAITRE »…. Puisqu’on vous dit que c’est un « historien »…

Bref, c’est nul et non avenu et l’histoire aurait pu en rester là si Bénard n’avait pas été invité par la COJEP de Dreux à participer à une conférence à la noix intitulé « Ermeni Soykirimi Yoktur » (il n’y a pas eu de génocide arménien). Cet évènement qui promettait d’être instructif devait se dérouler en compagnie de …. M. Abdelaziz Chaambi, président du CRI, pseudo « coordination contre le racisme et l’islamophobie », militant fiché S, proche de la mouvance islamiste, et qui vient d’être condamné pour outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions. Du beau linge, on vous dit ….

Le génocide arménien, un coup des Juifs !

Inutile de dire qu’une telle provocation a suscité des réactions politiques au plus haut niveau et que la « conférence » de la COJEP a été interdite par la préfecture et les élus municipaux. Une bonne baffe dans la tête des négationnistes donc mais qui n’a pas été sans susciter la colère des organisateurs de la COJEP, sous-marin de l’AKP, en la personne de son responsable local Hüseyin Karaoglan qui crie à « une atteinte à la liberté d’expression » (ce qu’il ne ferait jamais en Turquie).

Et qui est cet Hüseyin Karaoglan, ami de Maxime Gauin ?  Eh bien c’est un peu un homme-caméléon : ancien boxeur, Hüseyin Karaoglan est le président du COJEP Centre- Val de Loire & Île-de-France et il est instituteur à Dreux (pardon, « professeur des écoles »). On en frémit.

On en frémit d’autant plus que le COJEP est parfaitement identifié que le faux-nez de l’AKP en France « fondée par d’anciens islamistes du Milli Görüs et par des nationalistes “Loups gris” », loup-gris avec lesquels Hüseyin partage cette si typique façon de se tailler la moustache.

Mieux Hüseyin Karaoglan a été le candidat du très ethnique Parti Egalité Justice (PEJ) aux dernières législatives. Pour être membre du PEJ en France, il n’était pas nécessaire d’être turc, mais vraiment, c’était un plus… Plus sérieusement, on peut dire que le PEJ est l’étage actuellement le plus élevé de la fusée AKP en France après les boosters du DITIB et le premier étage du COJEP. Machallah ! notre ami Hüseyin n’a fait que 0,8% ce qui – tout le monde en conviendra – est déjà trop.

Hüseyin milite aussi pour la Palestine libre (dans sa classe apparemment !)

Mais il y a encore mieux : Hüseyin Karaoglan milite aussi pour « Free Palestine » (coucou Maxime ! est-ce que tu me lis ?) ce qu’on ne peut vraiment lui reprocher et – sans doute aussi antisémite qu’arménophobe – relaie à travers le COJEP Centre les affabulations selon lesquelles le génocide « des chrétiens arméniens » a été … un coup des Juifs ! (coucou Maxime ! tu me lis toujours ?).

Pour le COJEP et relayé sur la page d’Hüseyin Karaoglan, le génocide des “chrétiens arméniens”… c’est la faute des Juifs !

Bon sang mais c’est bien sûr ! Comment avons-nous passer à côté de cette évidence, comment avons-pu croire à ce « mensonge international » du génocide arménien perpétré par les bons musulmans turcs …… Oui vraiment, Yves Bénard avait donc raison : Et si on nous avait menti ?

 

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s