Les grandes vacances de Maxime Gauin

Le renégat négationniste a brutalement quitté la Turquie peu avant le coup d’Etat. Depuis lors, il semblerait qu’il ne soit toujours pas rentré dans sa patrie d’adoption. La question de ses liens avec FETÖ posée.

A l’approche des beaux jours, quoi de plus normal que de prendre quelques congés ? C’est sans doute ce qu’a dû se dire Maxime Gauin qui, le 8 juillet, a cru devoir annoncer avec fracas sur Twitter qu’il prenait « des vacances oh combien méritées ».

//platform.twitter.com/widgets.js

C’est bien vrai que nous méritions d’être quelque peu de prendre congés de ses éternelles affabulations mais voilà qui pose question : car non content d’avoir devancé de près d’une semaine l’appel des fuyards du putsch – aura-t’il été prévenu ? – voilà que Maxime Gauin semble n’avoir toujours pas regagné la mère-patrie.

Certes, son travail avance lentement, très lentement – voilà maintenant cinq ans que nous attendons cette fameuse thèse – et ni ceux qui le paient, ni ceux qui le lisent (à part nous à Extrémismes !) ne semblent vraiment se soucier de l’avancement de ses prodigieux travaux.

En Turquie, on est considérer comme docteur sans même soutenir une thèse (déjà 1an et demi !)

En Turquie, on est considéré comme docteur sans même soutenir une thèse (déjà un an et demi !)

Mais n’y aurait-il pas anguille sous roche ? Maxime Gauin éviterait-il désormais de rentrer en Turquie ? Pourquoi tant insister sur ses « fantaisies dominicales » consistant à mettre des doigts dans des trous ? Ne serait-il plus payé ? Ou pire, serait-il suspecté par Erdogan et ses sbires d’être l’un des infâmes membres du FETÖ et interdit du pays ? voire recherché ?

//platform.twitter.com/widgets.js

Cette thèse semble tout d’abord inconcevable tant Maxime a donné des gages de fidélité aux ultranationalistes qui secondent le pouvoir et sur lesquels – à Extrémismes – nous nous sommes longuement étendus. Mais pourrait-il jouer double, voire triple jeu ? Un agent de liaison ?

Rappelons-nous de l’affaire de triste mémoire du vrai-faux rapport de la DCRI signée de manière à peine voilée par un certain « Maxime Augin ». Et puis il y a d’autres éléments :

Le blanc chevalier Maxime Gauin en visite près de chez qui-vous-savez

Le blanc chevalier Maxime Gauin en visite près de chez qui-vous-savez

Sur cette photo qui date de janvier 2015, on peut voir M. Gauin dans une salle dédiée aux armes anciennes du MOMA, le célèbre musée d’art moderne de New-York. C’est-à-dire à quelques encablures du quartier général du Fetullah Gülen lui-même ! Qu’allait faire si loin l’étudiant renégat à une période où il était supposé bouclé sa thèse ? Mieux, la photo m’a été fournie par un proche du Hizmet qui la tenait de « frères » new-yorkais de l’organisation !

En l’absence de plus d’information, nous en sommes évidemment réduits aux supputations les plus folles. Le suspens devient insoutenable. Maxime, dit-nous tout !

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s