C’est dur d’être aimé par des cons !

charlie_hebdo_cabu-dur_aime_par_des_cons-une_0On connait tous la fameuse couverture de Charlie-Hebdo où l’on voit le prophète Mahomet se couvrir les yeux avec consternation devant les débordements intégristes de certains de ses fidèles. Le journal satirique lui prête alors cette phrase fameuse « c’est dur d’être aimé par des cons ! ».

Eh bien Maxime Gauin s’est sans doute dit à peu près la même chose. Lui, qui un peu prophète du négationnisme –il a dû s’exiler en Turquie car nul n’est prophète en son pays – et qui est très Charlie (et encore plus Charlot) s’est trouvé contraint de batailler pendant plusieurs dizaines de posts Facebook contre l’un de ses plus fervents admirateurs – Engin Akgürbüz.

Les rêves d’historiens d’un chauffeur routier

Rappelons qu’Akgürbüz a récemment vécu une promotion fulgurante, peut-être même trop à l’aune de ses aptitudes à l’abstraction. Enfin ! On fait avec c’quon a ! Lui qui était le chauffeur routier de Turquie-news en est devenu le rédacteur en chef à la place de Can Öztürk, l’homme qui tentait d’être invisible (sur le Web) et qui semble y être parvenu en retournant à son insignifiance initiale.

1-Engin Akgürbüz - pourquoi ne pas être bête

Engin Akgürbüz: soyons bête !

Pour revenir à l’affaire qui m’a bien fait rire, le duel au sommet a commencé par une remarque du renégat Maxime Gauin sur un des forums Facebook qui lui tient lieu de « revue à comité de lecture » : Turcophilement votre ! Le 9 mai dernier, Maxime poste un texte où il entend démontrer – ce qui est vrai pour une fois – qu’il n’y a jamais eu de Génocide algérien.

Surgit alors Cemal Engin, le poids lourd du négationnisme qui demande benoîtement « si certains font de la politique imbécile sur le sujet des armeniens, pourquoi tu m’empeche de faire de la pôlitique sur le sujet des algériens? » (Je laisse les fautes de français parce que ça égaie le texte.)

2- Maxime Gauin - l'indignité et l'inefficacité, ça me connait

Le renégat Maxime Gauin donne des leçons de dignité !

C’est vrai ça ! Pourquoi ne pas raconter n’importe quoi et son contraire ? Bon ! Je vous ferai grâce des 360 échanges qu’a générés cette controverse mais voici quelques perles quand même. Pour Cemal Engin, il faut parler des génocides de « TOUS le monde », même de ceux qui n’en ont jamais subi et il faut le faire de préférence « au bistrot le plus proche », où siègent d’innombrables Roi Salomon capables de juger en toute ébriété.

3 - Maxime Gauin - c'est dur d'être aimé par des cons

Maxime Gauin: c’est dur d’être aimé par des cons !

Le pauvre Maxime et son acolyte grenoblois Bozok Salih ont beau expliquer à la grosse buse que « répondre à la bêtise par la bêtise est non seulement indigne mais inefficace » (question indignité et inefficacité, Maxime est un vrai expert…), rien n’y fait : Engin n’en démord pas. Excédé, Max lâche un cri du cœur « Toute cette agitation au mieux vaine, au pire contre-productive, n’est qu’un faux-fuyant face à une problème de fond : l’incapacité d’une immense majorité de Franco-Turcs et de turcophiles à argumenter, à se colleter à la lecture des travaux d’historiens puis, surtout, à s’en servir. »

4 - Engin Akgürbüz ne sait plus ce qu'il dit

Mais Tais-toi quand tu parles, Engin !

Eh oui ! Tout le monde n’a pas la capacité du renégat à travestir les faits historiques et à déformer le sens des propos tenus par les uns et par les autres. Un bon gros mensonge – même absurde – semble préférable à Engin. Suit une longue discussion à peu près sans intérêt si ce n’est qu’on y apprend qu’Engin « fait de la politique » (enfin, c’est ce qu’il croit !) en singeant les historiens.

Le refus de parution de livre de Gauin : La faute à pas d’chance !

Un peu plus loin cependant, Maxime Gauin qui reste le plus fascinant de mes patients redonne quelque intérêt à la joute en affirmant « les retards dans la parution de mon livre n’ont rien à voir avec les pressions arméniennes. J’ai été particulièrement malchanceux. Bien sûr qu’il paraîtra. Ton fatalisme est un autre nom pour la paresse intellectuelle. ». Intéressant car cela prouve qu’il est mal renseigné. Comme il le dit lui-même à propos d’Engin, ce qu’il appelle malchance n’est que de la paresse intellectuelle. Le livre n’est pas paru simplement parce qu’il était inepte – j’ai eu l’épreuve entre les mains – et que les maisons d’édition ont une réputation à tenir. Là où il a raison, c’est qu’il pourra bien entendu toujours paraître… dans une de ces petites maisons à compte d’auteurs où l’on publie ceux qui payent (merci l’AVIM !)

5- Maxime Gauin passe ses pleurs sous silence

Maxime Gauin écrit sa propre légende…avec quelques omissions

Un instant de faiblesse occulté par l’auto-hagiographie de Maxime Gauin

Plus intéressant encore, après quelques rodomontades et quelques jets de venin contre les Dachnaks, mais aussi après un « cri de rage contre la critique universitaire » d’Engin – « Engin, tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi, tu fais du mal à la cause que tu crois défendre », le renégat affirme imprudemment « En 2007, je n’avais pas 1 % des connaissances que possède aujourd’hui, et j’ai quand même réussi à ennuyer les organisateurs d’une conférence à Lyon ».

Effectivement l’intervention de Gauin a été très ennuyeuse (comme toujours) mais aussi ennuyante et même pénible… surtout pour lui : Des amis qui ont participé à ce colloque de Lyon en 2007 m’ont rapporté le comportement pathologique de Maxime Gauin qui contrôlait alors moins ses nerfs. Selon leurs témoignages dignes de foi, une organisatrice l’a retrouvé dans un coin dans un état de prostration post-hystérique, en larmes, tremblant et marmottant des propos incohérents sur les souffrances endurées par ces pauvres Turcs durant le génocide arménien ! Bien qu’Arménienne, elle lui a proposé un verre d’eau et l’a raccompagné doucement en lui prodiguant des paroles apaisantes. Sans doute les problèmes médicaux auxquels il a fait allusion par le passé.

De plus, cet aveu de Maxime Gauin est assez intéressant car il montre que, chez lui, la volonté de nuisance et la haine arménophobe ont précédé toute connaissance sur la question. Il s’agit bien d’une pulsion raciste qui l’a conduit à abandonner des études normales.

Engin, poids lourd hors contrôle et Maxime à la récup’

Qu’apprend-on finalement dans ces échanges générés par le post de Maxime Gauin ? Eh bien qu’à l’instar d’Engin, la plupart des Turcs de France racontent n’importe quoi sur le Génocide arménien parce qu’ils n’en savent rien si ce n’est ce qu’une propagande simpliste leur a mis dans le crâne. Et aussi que, biberonnés à cette forme asiatique d’ultranationalisme qu’est le kémalisme, ils sont incapables de se couler dans un mode de pensée européen. C’est ce que dit Maxime Gauin lorsqu’il lâche à Engin « Tu pars d’une idée fausse et tu ne veux rien entendre. Avoir vécu si longtemps en France et comprendre si peu l’état d’esprit dominant, c’est triste ».

6 - Engin réussit l'exploit de s'aliéner une tucophile

Engin Akgürbüz, le pire ami des turcophiles !

Il faut donc toute la persévérance d’un idéologue renégat pour leur prodiguer les méthodes qui leur permettront de lutter efficacement contre les valeurs de son propre pays d’origine. C’est ce que tente Maxime Gauin. La fin de l’échange est assez parlante de ce point de vue.

Une certaine Christine Coulon – turcophile bon teint – finit par s’emporter contre le lourdaud « directeur de publication » de Turquie-news en lui rétorquant «  Alors Cemal je vais dire à mon tour dorénavant : J’aime la Turquie et je voudrais qu’elle fasse son devoir de mémoire !!! Ainsi, nous parlerons le même langage ! Ca vous va comme ça ? » Puis, un peu plus loin «  Mais que faites-vous encore dans cette France Cemal que vous prétendez “aimer” ? Repartez en Turquie ou même, mieux encore, allez donc vous installer en Algérie au moins vous laisserez le champ libre à ceux qui défendent vraiment la cause turque ! »

Et notre idéologue gauinesque en charge de jouer les démineurs : « Engin, est-ce que tu commences à réaliser à quel point ton discours débile est contre-productif ? Christine, ne faites pas attention, il ne représente que lui-même. » …. Si seulement c’était vrai …

Vraiment « turcophilement vôtre », ce groupe ! Et vraiment, c’est dur d’être aimé par des cons…..

Ps : Allez, un peu de « teasing ». Dans l’une de mes prochaines livraisons, j’ai du très lourd « c’est dur d’être aimé par les loups gris »…

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s