La Turquie innove dans les réseau sociaux

Hum, I like it !

Hum, I like it !

Un chercheur a découvert de manière fortuite le moyen de transmettre des odeurs par le Web.

C’est le type même de la découverte inattendue. Et pour fois, l’innovation ne nous vient pas de Californie ou du Japon mais de Turquie, un pays qu’on n’avait pas l’habitude de voir leader en matière de hautes technologies.

De plus, l’auteur de la découverte n’a pas vraiment le profil du geek surdiplômé mais en plutôt connu comme « chercheur d’histoires » sur les réseaux sociaux. Maxime Gauin est un émigré français qui est allé vivre à Ankara comme doctorant. Mais au fil des ans, il s’est surtout pris d’une passion pour Facebook et Twitter auxquels il consacre la plus grande partie de son désœuvrement.

« Je ne progressais pas sur ma thèse mais comme cela ne semblait pas indisposer ceux qui me rétribuent, j’ai commencé à explorer les réseaux sociaux. J’ai découvert que je pouvais y faire valoir mes arguments bien plus facilement que dans des revues à comité de lecture » indique Maxime Gauin – zéro publication sérieuse au compteur – comme pour justifier sa découverte en précisant avec fierté avoir « une petite Cour d’aficionados ».

« En fait, c’est l’un d’entre eux qui m’a fait remarquer mon innovation. J’ai vraiment eu de la chance car en fait, que ce soit sur Facebook ou Twitter – ou même dans la vraie vie – très peu de gens font attention à moi. Cet ami m’a appelé vers 23h30 un lundi et m’a dit, ‘tu sais Maxime, tes posts Facebook ont une odeur’ ». Incrédule, Maxime Gauin a demandé confirmation à plusieurs connaissances dont certaines ont confirmé les premières observations olfactives de cet ami.

« C’est toujours une odeur forte » précise la jeune Leïla qui indique que « le plus souvent, ça sent la m… ». Un propos nuancé par son ami Engin qui précise que pour lui « c’est plutôt une odeur d’égout ou de station d’épuration ». Passé la première surprise, l’Université Technique du Moyen-Orient (METU) a fait appelle à des spécialistes pour qualifier et quantifier le phénomène.

Le professeur Murat Bayılmak explique « nous avons réalisé toute une batterie de test en double aveugle et aussi avec des personnes ayant perdu le sens de l’odorat. C’est là le plus fantastique. Toutes confirment une odeur tenace et assez vomitive, que ce soit sur Facebook, Twitter et surtout sur certains articles rédigés. ». Point mystérieux, le phénomène frappe avec une égale intensité les personnes pourvues du sens olfactif que celle dépourvues d’odorat. « Les tests neurologiques effectués sous IRM montrent que c’est directement la zone du cortex cérébral liée aux odeurs qui est stimulée comme si un signal provenait du nerf olfactif. Le cerveaux des patients est trompé par la puissance suggestive du message » s’enthousiasme le professeur Bayılmak.

Un message vomitif: soutien non dissimulé à l'extrême droite

Un message vomitif: soutien non dissimulé à l’extrême droite

Un enthousiasme que tempère son collègue Mehmet Büyükburun en mentionnant l’existence de personnes – dites « denial compliant » ou « truth resistant » – qui semblent insensibles au phénomène. « Elles se recrutent surtout parmi les négationnistes du Génocide arménien » commente M. Büyükburun en précisant qu’elles se rencontrent aussi parmi les « antisémites notoires ». M. Gauin qui appartient aux deux catégories est lui-même insensible à l’odeur de ses messages. « Avec un esprit supérieur comme le mien, c’est la seule raison qui fait que je n’ai pas découvert moi-même le phénomène bien que j’en sois l’inventeur » précise un peu hâbleur le jeune renégat.

Reste que la découverte bien involontaire de Maxime Gauin ouvre des perspectives fabuleuses, notamment pour les éditeurs de jeux vidéos et pour les spécialistes de réalité virtuelle qui aimeraient bien ajouter la dimension olfactive aux applications qu’ils développent. L’inventeur malgré lui a déjà été contacté par plusieurs sociétés commerciales et des contrats de licence seraient en cours de discussion.

« Ce n’est pas évident qu’ils aboutissent » juge dubitatif le professeur Büyükburun. « Jusqu’à présent, toutes les tentatives visant à modifier substantiellement l’odeur suggérée par les écrits de Maxime Gauin se sont avérées infructueuses » explique-t-il. Un obstacle qui aurait déjà contraint les éditeurs de « call of duty » à modifier le scenario du prochain jeu prévu pour avril 2015 et qui sera sous-titré « scared to shits ».

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s