Affaire Dekhar : la filière turque ?

Des ramifications possibles en Turquie

Des ramifications possibles en Turquie

Le tireur parisien qui a récemment défrayé la chronique en faisant feu au siège de BFM TV et de Libération suscite de nombreuses interrogations. Selon la presse britannique, rapportée par Le Figaro, Abdehakim Dekhar avait refait sa vie à Londres, où il avait épousé une étudiante d’origine turque en 2000.

Du coup, l’une des pistes suivies par les enquêteurs s’intéresse de près à la filière turque d’autant plus que le cas de Dekhar présente certaines similitudes avec d’autres profils pathologiques de Français résidents dans ce pays. Une source proche de l’enquête a en effet récemment révélé la teneur « délirante » et le « charabia » des lettres laissées par ce personnage énigmatique. Selon d’autres sources, le prévenu présenterait une « personnalité paranoïaque » vouant une haine irrationnelle envers les journalistes.

Le contenu d’un courrier rédigé par Dekhar évoque de façon incohérente des affirmations à consonance politique, faisant référence à des « pays étrangers et des conflits internationaux ». Confirmant les informations du Figaro, le procureur précise que le tireur présumé y évoque de manière plutôt confuse un « complot fasciste ». Il y accuse « les médias de participer à la manipulation des masse », les « journalistes étant payés pour faire avaler aux citoyens le mensonge à la petite cuillère ». Dekhar aurait également qualifié de manière générale les journalistes de « journaputes ».

Par ailleurs, évoquant Dekhar, Patricia Tourancheau, journaliste à Libération se souvient d’un « personnage vraiment étrange, qui se faisait passer pour un agent du consulat d’Algérie, victime de complot”.

Or, d’après d’autres sources, « ce type d’imputations et le profil associé » correspondent « de manière troublante » à une personne connue. Elles d’évoquent le qualificatif dépréciatif de « pigiste » régulièrement employé à l’adresse de journalistes du Monde et du Figaro par cette personne « ayant précisément fui en Turquie » et qui diffuse « de longues et obscures diatribes » évoquant pêle-mêle la guerre de libération du Haut-Karabagh, le “Dachnak”, des « complots arméniens » présumés et de pseudo-références historiques où s’entremêlent fausses vérités et vrais mensonges. « Lui aussi se fait passer pour un chercheur en histoire » précisent ces sources.

« Nous le soupçonnons également d’avoir fabriqué un faux rapport de la DCRI » indiquent-elles, rapport dans lequel « il se serait mis lui-même en scène ». Dans un billet de blog, l’individu en question avait indiqué avoir eu « de graves problèmes de santé » dans sa jeunesse. L’enquête suit son cours.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s