Panique dans les milieux négationnistes

La récente annonce selon laquelle les manuels scolaires français accorderont une large place à l’analyse du génocide arménien et de sa signification a créé la panique parmi les collabos du régime turc.

Lundi 27 août à 9h00 – fin de la torpeur estivale qui frappait jusqu’alors les repaires Facebook des négationnistes turcs de France, les pages des associations Ataturquie, Turquie-news et de Radio-Mit. Il faut dire que l’annonce faite durant le week-end du contenu des nouveaux manuels scolaires d’histoire-géographie de 3ème, avec une large place faite au génocide des Arméniens, ainsi que les déclaration d’un ministres israélien reconnaissant à Erevan ledit génocide, ont fait sur ces milieux négationnistes l’effet de la plus forte caféine.

Et tout y passe : on insulte la France, l’actuel Président de la République et son prédécesseur. On appelle Paris à reconnaître le « génocide » algérien (sic !). On s’en prend à un « lobby » arménien fantasmé, on traite les Arméniens de « salopards ». On met en cause les historiens spécialistes de la question sur la base de leurs origines ethniques. On se déchire même entre négationnistes : Ainsi, une certaine Mercédès qui appelait ses amis négationnistes au « réveil » se fait vertement reprendre – toujours avec des arguments raciaux – par un certain Gökhan qui réplique « Surtout ne nous réveillons pas : Une espagnole, sortie de nulle part, s’en occupera à notre place !!! »

Dans le même temps, réduit à l’impuissance de son exil à Ankara, Maxime Gauin se lance dans de pathétiques exhortations : « Battez-vous, bon sang, vous êtes en France, vous ».

Et d’exagérer son importance en arguant de responsabilités galactiques sur le ton de la confidence et du secret : « J’ai trop de travail, sur plusieurs fronts (en Turquie même, aux États-Unis, voire en Grande-Bretagne) pour jouer un rôle dirigeant dans cette affaire. Je n’oublie pas la France, mais j’ai désormais, pour ce pays, un projet de moyen terme qui aboutira en septembre 2013, et dont je ne dirai rien en public par un souci évident de prudence (même si j’ai confiance dans le courage des gens grâce à qui ce projet a pu naître). »

Puis, sans doute conscient de la légitimation du rôle d’historien auquel il se croit promis (rôle à l’impact planétaire comme on l’a vu précédemment) et dont il pourrait tirer parti de cette affaire, il se reprend et propose obséquieusement ses services : « Comme je le disais sur un autre mur, organisez-vous d’abord, et demandez-moi exactement ce que vous voulez ensuite ».

Pour conclure, on se rappelle que le magazine le Point avait mis en cause sur la base d’un rapport controversé de la DCRI ces trois associations, Ataturquie, Turquie-news et de Radio-Mit, pour leur participation dans les grandes manifestations de haine raciale organisées à Paris au printemps 2012. Ces trois-là avait ouvertement demandé un droit de réponse arguant du fait qu’elles n’étaient pas négationnistes. Leurs réactions à l’annonce des futurs manuels scolaires française ne prouveraient-elles pas simplement le contraire ?

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s